Accueil / Politique / Europe / Cameron et l’UE : un accord vient d’être trouvé contre le « Brexit »

Cameron et l’UE : un accord vient d’être trouvé contre le « Brexit »

David Cameron a remporté une étape. Le préaccord proposé par Bruxelles, mardi 2 février, respecte toutes ses demandes d’« amélioration » de l’Union européenne (UE). Mais le premier ministre anglais sera amené à patienter encore un peu avant de pouvoir, doté de cette précieuse assistance, se lancer en campagne pour le oui afin de maintenir son pays dans l’Union.

Cameron obtient une partie de la victoire

Établit suivant les exigences de le Royaume-Uni, discuté surtout avec le Conseil et la Commission européenne, cet arrangement doit encore être accepté par les 27 autres membres de l’Union. Et il reste encore du chemin à faire. Car les concessions accordées à Londres sont importantes. Si la commission européenne a refusé la première doléance de M. Cameron visant a supprimer des prestations sociales pour les migrants européens pendant les quatre premières années de leur séjour au Royaume-Uni, dans le préaccord de mardi il est prévu un « mécanisme de sauvegarde », qui pourrait mener à un résultat semblable.

Le Royaume-Unis dispose de freins

Certainement, l’utilisation de cet « obstacle » devrait être bornée à des situations de pression migratoire « rare », qui devront être définies dans un texte que la Commission doit rédiger. Et les 27 autres pays membres pourraient également le lancer. Mais le Royaume-Uni a à peu près été classé dans cette catégorie, pour une durée qu’il faut encore négocier. Dans une annonce mardi, la Commission avoue que « les situations uniques » qui disculpent l’utilisation du frein « sont présentent au Royaume-Uni aujourd’hui »…

A propos de Adrien

Adrien