Accueil / Business / Economie / Le patron de Volkswagen dépose sa démission

Le patron de Volkswagen dépose sa démission

Oppressé depuis la mise à découvert du scandale des tests antipollution perpétrés, Martin WInterkom a annoncé sa démission. Son remplaçant serait connu ce vendredi parmi lesquels figurent prétendants.

C’est la fin du calvaire pour lui. Martin Winterkom, PDG de Volkswagen, dépose les armes. Il n’a pas pu survivre à plus de trois jours de pression successive causée par l’annonce lundi d’une tricherie de grande envergure de tests antipollution aux Etats-Unis. «  Le groupe a besoin d’un nouveau départ, pareillement en ce qui concerne le personnel. Je prépare le terrain à ce nouveau départ avec ma démission », lance-t-il dans un communiqué publié mercredi en fin d’après-midi, tout s’avouant « choqué », « abasourdi » par de tels « écarts de conduite » auxquels, il ne s’attendait pas.

Comme un conseil de surveillance doit avoir lieu ce vendredi alors qu’il était prévu depuis plusieurs années, un comité restreint s’est rencontré ce mercredi pour écouter la version du PDG.

Les explications n’ont pas suffi pour convaincre le comité

Après que sa démission ait été annoncée, le conseil étréci de Volkswagen a annoncé qu’il se pencherait vendredi, à Wolsburg (Basse-Saxe), le sujet de sa succession.

Aucune idée de l’ampleur

S’attendant à « de nouvelles suites pour le personnel dans les jours à venir », une énonciation explique tout, le conseil a aussi indiqué qu’il allait déposer une plainte au pénal en Allemagne. Pour clarifier cette affaire qui n’a pas encore démontré sa réelle ampleur.
Mais que s’est –il passé au sein de l’entreprise pendant 18 mois entre la période où l’Agence américaine pour l’environnement exige au constructeur qui apporte des éclaircissements sur un programme informatique louche et la divulgation en mondiovision de la duperie? « Cela aurait provoqué un grand dégât si les choses avaient mis plus de temps », estime, « allégé », Ferdinand Dudenhöffer, le directeur du célèbre centre de recherche sur l’automobile CAR.
Pour lui, celui qui dirigeait la R&D chez Volkswagen depuis 2007, la période où les premiers moteurs concernés par le scandale ont été vendus, était forcément au courant de la tromperie. D’ailleurs, « Dr Wiko » lui-même se vantait habituellement de connaître « chaque vis »  de ses véhicules…

A propos de Bernard

Bernard
Faisant parti de l'ancienne génération, je partage ici mes humeurs, chaque jours (ou du moins j'essaie). Ne me jugez pas :)

A lire aussi

ABB publie un bénéfice en chute de 70% au 4e trimestre

ABB a déclaré mercredi avoir enregistré une baisse de 70% de son bénéfice net au …