Accueil / Politique / Monde / Sanders déclare qu’il n’est pas radical, Hillary joue la carte de l’expérience

Sanders déclare qu’il n’est pas radical, Hillary joue la carte de l’expérience

Alors qu’on a est à une semaine du caucus de l’Iowa, CNN a organisé un dernier débat démocrate avec les électeurs.

Le format de ce débat était différent des premiers, plus profond, puisque les candidats démocrates n’étaient pas sur la scène en même temps. Ils devaient s’y substituer pour commencer la discussion avec leurs électeurs potentiels, unique occasion pour faire incliner la balance de leur côté, à une semaine précisément du caucus de l’Iowa. Au départ Bernie Sanders, l’ancien sénateur du Vermont qui est devenu le chouchou de la gauche américaine, et surtout de la jeunesse qui remplit ses meetings.

«Mes idées ne sont pas fondamentales, a lancé Bernie Sanders à une électrice qui s’alarmait de sa coutume «de démocrate socialiste», une angoisse sur laquelle Hillary Clinton a essayé de jouer ces derniers jours, sentant la menace arriver par l’avancée de son rival dans les derniers sondages sur l’Iowa. «Ce que je comprends par là, c’est qu’un droit à la sécurité économique devrait être existant aux Etats-Unis», a-t-il déclaré, expliquant que le gouvernement fédéral devait jouer un rôle «pour aider tout le monde pas juste une poignée de gens au sommet».

Défense pour «une révolution politique»

Bernie Sanders a réitéré sans surprise, mais avec la même passion qu’on le connait, son plaidoyer pour «une révolution politique» qui donne la possibilité de changer le fonctionnement de Washington, soulignant que «le blocage politique» qui existe au Congrès entre les deux partis ne pourrait être réglé tant que les républicains vont dépendre des lobbys de quelques grandes entreprises pour financer leur campagne. Il a répété qu’il imposerait une taxe sur les profits spéculatifs de Wall Street pour le financement de la gratuité des droits d’inscription dans les collèges publics pour tous.

Sanders a également nier les arguments de sa rivale Hillary Clinton qui déclare qu’il n’a pas d’expérience en privilégiant sa propre expérience, accusant surtout le sénateur d’avoir une méconnaissance de l’économie et la politique étrangère.

A propos de Adrien

Adrien

A lire aussi

L’ONU contrôlera la fin du conflit colombien

Suite à la demande du gouvernement colombien et de la guérilla des Farc le Conseil …